post Rayonnement

12 octobre 2008 @ 15:36

par Coddo del Porta
plus d'obstacle à la musique

plus d'obstacle à la musique

Pour l’avoir entendu voici plus de dix ans joué en concert par Neil Hannon et ses musiciens, je peux témoigner de l’effet formidable que Radio-activity de Kraftwerk produisit sur l’auditoire, pourtant là pour entendre de la pop. Quel meilleur moyen de captiver son public que de l’enfermer dans sa musique ? Ce titre repris à la guitare devenait part du mur de son universel et les spectateurs venu se contenter — le contentement étant l’émotion produite par la musique pop —, tomba dans une forme d’extase hybride.

Cette capacité d’hybridation des parties de soi serre d’autant plus les musiques quand elles s’entravalent… My Bloody Valentine poussait cette logique de la plénitude du son des guitares au Zénith récemment, précédé par Ricardo Tobar à Vincennes. Quelque mois plus tôt, c’est M83 qui fondait guitares et machines en un cube de musique à la Maroquinerie.

The Divine Comedy : Radioactivity

Tags:, ,

propulsé par WordPress © unenuitsousinfluence.org 2018