post Que ce que tu mérites

12 septembre 2010 @ 10:01

par Coddo del Porta
l'œil trou d'elle

l'œil trou d'elle

Le punk prenait acte du peu de consistance intellectuelle et morale de la réalité de son temps en lui mettant cul par-dessus tête, après quoi têtes et culs revenus à leur place ne s’en retrouvèrent pourtant pas exactement au bon endroit. D’où provient le constat, en forme de retour de bâton, que l’objet de ton désir, une fois réalisé, peut avoir une sale tête – de cul. La musique, quant à elle, qui n’a ni cul ni tête, en profita pour en profiter.

Public Image Ltd. : The Order of death

Tags:, , ,

post killed again !

15 septembre 2009 @ 14:50

par Jim Wilde

Le mythe punk rattrapé (again’n'again) et crucifié par l’esthétique élec(trop)hype façon mag de mode. Le tout teinté de psychédélisme 2.0.

Nid & Sancy : Kidzz (original dub)

Tags:, , , ,

post Les avions sont punks ! Si !

3 juin 2008 @ 9:26

par Jack LockerRoom

Le langage est une matière vivante en constante évolution, triturée par les multiples discussions de comptoir et les journalistes de tous poils.
Un bon exemple de glissement sémantique est la lente transformation du mot « punk » dans le langage courant.

jeunes punks

Avant, quand un mec se plantait le doigt dans le nez en public, il était crado et dégoûtant, maintenant il est punk. Avant, quand ton meilleur pote tabassait sa meuf et vomissait sur ton canapé-lit son bo bun-vodka, c’était un con, un branleur, un paumé, maintenant il est punk.
Avant, quand un artiste cassait sa guitare sur scène, il était fou, allumé, nihiliste, maintenant il est punk.
Avant, quand un mec se barrait et laissait sa petite amie seule et enceinte de huit mois, c’était un sale type, un adolescent attardé, un salaud, maintenant il est punk.
Quand un mec fume une cigarette en club, qu’il pisse sur la cuvette des w.-c., qu’il refuse les interview, qu’il s’endort sur sa chaise pendant un repas de famille, il est punk.

Les méchants avions qui salissent le ciel avec leur CO2 tout caca sont aussi des punks, maman ?

Vidé de son idée d’anticonformisme et de contestation politique, le mot punk est une valise, une malle gonflée à bloc qui permet d’insulter quelqu’un sans s’en prendre une, de glorifier l’individu tout en lui crachant dessus (ndlr: ça, c’est punk !).

Quand à 8h30 du mat’ en after, on qualifie de punk le mec qui vient d’éternuer sur sept poutres bien droites, passe encore, mais que dire de l’utilisation outrancière du mot dans la presse ?
Ça fait gagner de la place ?
C’est sûr, un mot qui en remplace onze, ça fait gagner de la place…

Tags:,

propulsé par WordPress © unenuitsousinfluence.org 2017