post Vidéo, surtout

6 septembre 2011 @ 23:27

par Coddo del Porta

Dans son genre, c’est parfaitement réussi. Mon goût même pas honteux pour la pop FM des années quatre-vingt s’en trouve pleinement satisfait.


Justice - AUDIO, VIDEO, DISCO. par justice

Tags:, , ,

post Rebelote

29 avril 2010 @ 15:48

par Coddo del Porta
Zoran Music, Nous ne sommes pas les derniers

Zoran Music, Nous ne sommes pas les derniers

Romain Gavras a tourné pour le dernier morceau de M.I.A, Born Free, un clip aux images violentes : une fois arrêtés et acheminés dans le désert, des jeunes gens roux sont assassinés, qui avec une arme à feu, qui à coups de tonfa, certains en courant dans un champ de mines – le dernier de ces morts-là explosant littéralement sous nos yeux.

Ces images ne suscitent pas la réflexion, mais créent une empathie fondée sur le souvenir et un renversement de la haine mise en scène : on ne peut échapper au souvenir de la cruauté dont les nazis faisaient preuve à l’encontre des juifs qu’ils exterminaient (et dont un roman comme Les Bienveillantes de Jonathan Littel a permis de mesurer la fascinante proximité que nous aussi pouvions entretenir avec le mal), mais ce qui peut sortir de la vision de ces atrocités, ce n’est qu’une bouffée de haine à leur mesure – d’autant plus immense qu’elles sont associées à une brutalité arbitraire vis-à-vis des roux beaucoup moins « compréhensible » et « acceptable » que ne le fut celui des nazis à l’égard des juifs, des Serbes à l’encontre des Bosniaques musulmans, des Turcs envers les Arméniens, et ainsi de suite. Autrement dit, à la haine des hommes en armes envers les roux, répond la haine du spectateur envers ces hommes en armes : la haine se mord la queue, la pensée est évacuée au profit de l’émotion et la subversion supposée de ces images n’a plus d’objet auquel se rattacher.

Quand on sait par ailleurs que Romain Cavras a tourné avec Vincent Cassel son premier long métrage, Les Seigneurs, road movie qui met en scène deux roux qui essaient de gagner l’Irlande, terre promise des roux, on se demande si ce clip n’est pas finalement un « produit d’appel » pour le long métrage, voire si le clip de Romain Gavras pour le titre Stress de Justice et sa violence gratuite n’était pas lui-même un « produit d’appel » pour le clip de M.I.A.

Quoi qu’il en soit, une forte odeur de pourriture flotte autour de ces images – celle de la pensée écrasée sous l’émotion ou celle du mercantilisme vaguement peint aux couleurs de « l’engagement ». De quelque côté qu’elle pue, cette bien pensance est conventionnelle. On s’en passera.

Tags:, , ,

post Nous demandons Justice !

29 novembre 2008 @ 12:56

par Jack LockerRoom
Ils sont branchés ces mecs ?

Ils sont branchés ces mecs ?

Tags:,

post Magnanime ?

10 juillet 2008 @ 18:46

par Coddo del Porta

« L’important, n’est-ce pas la musique, après tout ?
— Pourquoi “après tout” ?
— Pour faire abstraction des images-satellites qui bouchent la vue et concentrer son attention sur la musique-planète autour de quoi elles tournent.
Danser autour de comme tourner autour de— Mouais… Et tu veux en venir où, là ?
— Au remix de Justice par Alan Braxe.
— Ah, je vois : tu sollicites l’indulgence.
— Renversons le point de vue et écoutons comment Alan Braxe passe D.A.N.C.E. à la moulinette du cool.
— D’accord, man. Alors je garde les coups de canons pour plus tard. »

Justice : D.A.N.C.E. (Alan Braxe remix)

Tags:, ,

post Tout se permettre ou faire n’importe quoi

4 juin 2008 @ 10:53

par Coddo del Porta

Même en qualité pourrie, même inaudible, surtout pourri et inaudible, le remix par Justice de Electric feel, de MGMT, circule à la vitesse de la fibre optique. Attrapé dans le flux d’une émission de radio, entendu et téléchargé dans cette version de qualité inférieure par tous les idolâtres du duo, ce remix pose problème surtout parce qu’il est mauvais.

Gage de réussite commerciale, l’alliance de la carpe Justice avec le lapin MGMT représente un échec artistique. Il ne suffit pas, par exemple, d’ajouter une rythmique omnipotente à ce morceau nonchalant pour le transformer en machine à danser. Il ne suffit pas, autre exemple, de plaquer la technique de filtrage, compression, écrasement du son à la Justice sur n’importe quel morceau pour opérer une métamorphose instantanée en tube. Il ne faut pas croire béatement, et l’on touche là un autre aspect du problème, à l’absolue nécessité d’être digéré par Justice pour atteindre au succès : la digestion, en l’occurrence, a été trop rapide et les aliments si mal équilibrés que le résultat, eh ! bien, c’est de la merde.

Où est passée la pop derrière ce beat trop appuyé ? Où est passée la nonchalance, quand on nous intime l’ordre de danser ? Où est la fêlure de ces voix haut perchées et perchées tout court dans cette avalanche d’échos, de reverb, que sais-je encore ? Disparues.

La faute à qui, finalement ? À un génie du service commercial de Columbia, à qui est venue l’idée lumineuse de nous infliger ce mariage. À MGMT, parce qu’ils n’ont pas empêché la diffusion des fruits de cette union. À Justice : après leur mix refusé chez Fabric, ils n’ont toujours pas compris qu’il ne pouvaient pas se permettre n’importe quoi.

Pour oublier que j’ai entendu ce remix, je préfère regarder le clip de l’original et rêver à cette fête tribalo-bizarre.

Tags:, ,

post French is the new English (1)

30 mai 2008 @ 18:29

par Coddo del Porta

J’ai acheté le maxi des Klaxons As above, so below, French ep pour deux raisons.
La deuxième ressemble aux dessins géométriques d’un parapluie : utilité nulle, tant que la toile tendue protège de la pluie qui tombe, grosses gouttes comprises. J’ai acheté ce maxi parce qu’il est beau : vinyle transparent, rondelles noires constellées, pochette transparente barrée d’une étiquette noire constellée. Superbe.

Sans la première raison, à savoir que c’est un bon disque, le maxi tiendrait tout de même le fil, comme le parapluie de Mary Poppins amortit sa chute alors que tout le monde sait qu’il devrait se retourner, la laisser tomber, la tuer. Il se trouve donc que c’est un bon disque : face A, le remix par Justice qui ferait danser Mary Poppins même écrasée par terre ; face B, la version française du morceau original.

Klaxons : As above, so below (French version)

J’en ai retranscrit les paroles.

Je le claironne depuis des mois : French is the new English. Paradoxalement, toutefois, mon clairon chante en anglais. C’est comme ça.

Tags:, ,

propulsé par WordPress © unenuitsousinfluence.org 2017