post La littérature à la cocaïne

12 octobre 2014 @ 18:20

par Coddo del Porta
Hugues de Courson

Hugues de Courson

Patrick Modiano vient de se voir attribuer le prix Nobel de littérature. Il est connu des amateurs de Françoise Hardy pour lui avoir écrit quelques chansons, mais moins pour sa collaboration avec Hugues de Courson, qui rencontra le succès ensuite, dans les années quatre-vingt, avec le folk médiéval de Malicorne. La chanson qui surprend le plus, avec son chœur d’enfants qui en reprennent le refrain sautillant, parle d’un dealer de cocaïne qui vient servir ses clients, de petits enfants. La Coco des enfants sages, c’est son titre, déborde un peu du cadre habituel du prix Nobel. Cela dit, on se souvient que Sartre qui refusa ce prix avait écrit un peu pour Juliette Gréco : ce qui permet de comprendre que le gratin de la littérature mondiale ne dédaigne pas se frotter au populaire et à ses chansons.

Tags:, , , , , , ,

post Bossa

9 octobre 2013 @ 20:06

par Coddo del Porta
Trois fois courir les oreilles attachées

Trois fois courir les oreilles attachées

Long time no see – long temps ne pas voir. Ou plutôt ne pas entendre. Trois paires d’oreilles du coup indispensables pour entendre à nouveau, trois fois plus.

En 1980, Françoise Hardy, enfermée dans son réfrigérateur fait appel à Gabriel Yared et Michel Jonasz. D’où des musiques qui se réchauffent au contact d’autres climats. La version brésilienne de la dame Hardy sonne blanc, sonne froid, sonne français (et certainement pas comme celle de Pierre Barouh, qui sut créer contiguïté entre la France et le Brésil, asséchant pour cela l’Atlantique et marchant d’un pas tranquille à l’écart de toute route goudronnée) : Bosse bossez bossa, cinquième titre de l’album Gin tonic.

Il y manque par ailleurs un petit quelque chose pour que la chanson soit un chef-d’œuvre. Il n’empêche : deux jours après l’avoir découverte, son air me trottait mystérieusement dans la tête et il me fallut reconstituer le chemin de cette pensée heureuse qu’il avait suscitée, pour atteindre le frais souvenir de Françoise Hardy brésiliée.

J’aime cela beaucoup.

Françoise Hardy : Bosse bossez bossa

Tags:, , , , ,

propulsé par WordPress © unenuitsousinfluence.org 2017