post Chaud

27 mars 2011 @ 11:03

par Coddo del Porta

Supernova dit : « ¡ Caliente ! »
Je dis : « ¡ Si ! »

Tags:, ,

post Parce que les cordes me font chialer

19 juin 2008 @ 16:44

par Chloé Amandier

« Les sanglots longs des violons de l’automne
Blessent mon cœur d’une langueur monotone. »

Poèmes saturniens, Paul Verlaine.

Que tes poils de bras se hérissent, que tes cheveux s’électrisent, que la larme te vienne au bout des cils, tu as sans doute compris que le violon a plus d’un tour dans son ventre.

Agoria : Les Violons ivres

Résonance, harmoniques, pression, oscillations, amplitude… Seulement 2% de l’énergie produite par les gestes de l’interprète sont transformés en énergie sonore.

Déjà, une étincelle naît autour de sa morphologie. Le violon est caractérisé par un mode de production sonore qui implique des cordes frottées. Or, une corde frottée par un archet produit une oscillation de relaxation, c’est à dire très riche en harmoniques. Un fin morceau de bois, l’âme du violon, placé dans la caisse de résonance joue un rôle essentiel dans la transmission des vibrations des cordes.

Ellen Allien & Apparat : Retina

Le violon a deux corps sonores : la table et le fond qui ont pour résonance fondamentale le bois, et l’air pour la caisse. La fréquence varie toujours, en fonction du bois, du volume intérieur, de la surface des ouïes. Ainsi un plus grand volume intérieur donne relativement un son plus grave et une surface plus grande des ouïes au contraire donne un son plus aigu. Un violon parfait sépare d’une quinte pure (cinq notes) la résonance fondamentale du bois (plus aiguë) de celle de l’air (plus grave).

Mais d’où proviennent les 98% restants de ce long sanglot ? Cubase en tout cas ne l’a pas expliqué. Mieux vaut se rendre chez un luthier…

Serge Gainsbourg : Un violon, un jambon

Cité des Sciences, Porte de Pantin, dimanche soir, 20 heures…

Tags:, , , , ,

propulsé par WordPress © unenuitsousinfluence.org 2017