Danser la musique

Music made to be danced on

Music made to be danced on

À deux, à un, à beaucoup, il y a des musiques qu’on ne peut s’empêcher de danser. De Queen, impossible de ne pas chanter à tue-tête Bohemian Rhapsody dès que la chanson se fait entendre : il y a aussi de quoi danser leur musique dans un grand élan de joie, comme avec Don’t stop me now, ce que ce titre enjoint même de faire.

Danser la musique ne signifie pas qu’on danse sur elle, mais qu’elle est dans son principe à danser, avec le corps surtout ou en s’imaginant la danser quand on l’entend – car même immobile, on peut danser. Ce n’est assurément le cas ni de toute musique ni de toute la musique d’un même artiste, rareté qui rend cette dynamique d’autant plus remarquable quand elle secoue le corps et l’âme d’un même mouvement irrépressible.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.