post Danser la musique

15 octobre 2014 @ 21:40

par Coddo del Porta
Music made to be danced on

Music made to be danced on

À deux, à un, à beaucoup, il y a des musiques qu’on ne peut s’empêcher de danser. De Queen, impossible de ne pas chanter à tue-tête Bohemian Rhapsody dès que la chanson se fait entendre : il y a aussi de quoi danser leur musique dans un grand élan de joie, comme avec Don’t stop me now, ce que ce titre enjoint même de faire.

Danser la musique ne signifie pas qu’on danse sur elle, mais qu’elle est dans son principe à danser, avec le corps surtout ou en s’imaginant la danser quand on l’entend – car même immobile, on peut danser. Ce n’est assurément le cas ni de toute musique ni de toute la musique d’un même artiste, rareté qui rend cette dynamique d’autant plus remarquable quand elle secoue le corps et l’âme d’un même mouvement irrépressible.

Tags:, , ,

post La guitare, dis-je

13 octobre 2014 @ 21:20

par Coddo del Porta
Aveugle et aveuglée

Aveugle et aveuglée

En passant, un morceau qui n’a rien à voir, mais aussi élémentairement simple que le précédent coup de guitare posté aujourd’hui : Black don’t glow, de Bass Drum of Death, très vivant et plein d’éclat en dépit de ce que lui-même en dit dans son nom et dans ses titres. Comme je ne suis pas certain de comprendre les paroles même en les comprenant, je les glisse là aussi, au cas où l’on voudrait tenter de s’échapper du ronronnement hypnotique de la guitare.

(Lire la suite…)

Tags:

post Solitude de la guitare

13 octobre 2014 @ 15:20

par Coddo del Porta

Le ciel est mon toit

Cette chanson se déroule comme une marche à suivre, d’un pas pesant. On peut aussi l’aimer pour sa guitare toujours la même.

C’est le premier extrait de l’album de Son Little, Things I forgot, qui paraîtra en novembre chez Antirecords. Peu de mots, tous évocateurs.

Tags:, , , ,

post La littérature à la cocaïne

12 octobre 2014 @ 18:20

par Coddo del Porta
Hugues de Courson

Hugues de Courson

Patrick Modiano vient de se voir attribuer le prix Nobel de littérature. Il est connu des amateurs de Françoise Hardy pour lui avoir écrit quelques chansons, mais moins pour sa collaboration avec Hugues de Courson, qui rencontra le succès ensuite, dans les années quatre-vingt, avec le folk médiéval de Malicorne. La chanson qui surprend le plus, avec son chœur d’enfants qui en reprennent le refrain sautillant, parle d’un dealer de cocaïne qui vient servir ses clients, de petits enfants. La Coco des enfants sages, c’est son titre, déborde un peu du cadre habituel du prix Nobel. Cela dit, on se souvient que Sartre qui refusa ce prix avait écrit un peu pour Juliette Gréco : ce qui permet de comprendre que le gratin de la littérature mondiale ne dédaigne pas se frotter au populaire et à ses chansons.

Tags:, , , , , , ,

post En ballade (de Jim)

15 septembre 2014 @ 16:01

par Coddo del Porta
l'inattendu dans du connu

l'inattendu dans du connu

La voix d’Alain Souchon semble irremplaçable – son timbre, son phrasé et le corps fluet ou : qui laisse le souvenir d’une fragilité mince.

Erreurs. Primo, l’impression d’un corps fluet est à chercher non pas chez qui la donne, mais chez qui la reçoit. Secundo, personne n’est irremplaçable.

Tags:, ,

post Duo Daho Dominique A

13 mars 2014 @ 21:04

par Coddo del Porta
plus de choses en creux

plus de choses en creux

Je n’aurais jamais cru que les apparier pût donner un si beau résultat : je les aimais jusqu’ici chacun à sa façon et pour sa façon, mais il paraît qu’Étienne Daho et Dominique A peuvent être aimés aussi ensemble.

Tags:, , ,

post Lettres d’amour (encore et toujours et seulement des)

13 mars 2014 @ 20:51

par Coddo del Porta
pas un pli (ça ne fait)

pas un pli (ça ne fait)

On ne cesse d’en envoyer.
On ne cesse de les écouter.
Chaque mot écrit, chaque note jouée ne sont que des lettres d’amour.

Quant à Soulwax, voilà longtemps que je n’avais pas vu leur nom paraître.

Je ne dis rien du « clip », mais si vous voulez des exemples de la manière de danser des années soixante, vous saurez où regarder.

Tags:, , ,

post Lettres d’amour

19 février 2014 @ 10:30

par Coddo del Porta
… from far across the sea…

… from far across the sea…

Il paraît que le clip est signé Michel Gondry. J’en retiens surtout le plan séquence et le fait que l’air enjoué de la batteuse ne suffit pas à cacher la tristesse.

On n’écrit, semble-t-il, rien d’autre que des lettres d’amour.

Tags:, , ,

post Valeur d’usage – VU001

17 février 2014 @ 11:25

par Coddo del Porta
Burial Chamber Session

Burial Chamber Sessions

Le label Valeur d’usage sort son premier opus : un album trois titres des Taiwanais de 破地獄 [scattered purgatory], intitulé Burial Chamber Sessions.

Vous pouvez l’écouter en streaming pour vous faire une idée, l’acheter en digital pour l’écouter partout et en cassette (édition limitée) pour vous faire plaisir.

Pour tout cela, cliquer ici.

Tags:, , , ,

post La course des ans

19 octobre 2013 @ 10:30

par Coddo del Porta
En lignes courbes et lentes

En lignes courbes et lentes

À sa sortie (1982), l’album avait dix-sept ans d’avance, moins sur son temps que sur le mien. Trente-et-un an plus tard (2013) et avec quatorze années, non de retard, mais d’écart, je m’aperçois que j’étais beaucoup trop jeune pour cette musique à l’époque où je l’écoutais, c’est-à-dire, en plus de ces décentrements que je viens de dire, non à sa sortie, mais sept ou huit ans plus tard.

Aujourd’hui seulement, je comprends pourquoi, de tous les albums de Prince, 1999 était celui que j’aimais le moins : parce que je ne le comprenais pas, ni relativement au reste de sa discographie que je reconstituais patiemment depuis 1986 ou 1987, ni dans le bordel musicale où j’évoluais. Trop peu de musiques noires, trop de musique FM et l’amour pour la chair et la graisse au détriment des os de la musique.

Aujourd’hui seulement, donc, j’entends par où saisir cette musique souvent dénudée, souvent débarrassée de ce dont j’aime qu’elle soit par ailleurs encombrée. Prince oscille sans cesse entre surcharge et régime sec, ce dont j’avais fini par comprendre l’intérêt pour le reste de sa musique, jusqu’au tournant du XXIe siècle où j’ai perdu l’envie d’y rester fidèle. 1999 : une date en guise de centre.

Prince : Automatic

Tags:, , , ,

propulsé par WordPress © unenuitsousinfluence.org 2014